Question N° 10023 : Lutte contre la cybercriminalité des espèces menacées

Lutte contre la cybercriminalité des espèces menacées

Mme Émilie Guerel interroge M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, concernant le commerce illégal sur Internet des espèces sauvages menacées. En mai 2018, IFAW, ONG internationale de protection animale, a publié un rapport inquiétant concernant l’évolution du commerce en ligne des espèces sauvages menacées, à partir d’une veille effectuée en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Russie sur une centaine de sites de vente en ligne. En seulement six semaines, l’étude a permis de recenser près de 12 000 animaux vivants, parties d’animaux et produits dérivés d’espèces menacées mis en vente pour une valeur estimée à près de 3 200 000 euros dont 700 000 euros en France. Il apparaît urgent de renforcer la lutte contre cette cybercriminalité, en renforçant la réglementation actuelle. L’arrêté du 30 juin 1998 fixant les modalités d’application de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction et les règlements (CE) n° 338/97 du Conseil européen et (CE) n° 939/97 de la Commission européenne pourraient en ce sens faire l’objet de modifications. À titre d’exemple, il pourrait y être inscrit certaines obligations applicables aux vendeurs, aux acheteurs et aux sites d’enchères en ligne, telles qu’une référence à la législation relative à la CITES ou encore certains détails concernant les permis CITES au moment de la mise en vente sur Internet. Au vu des résultats de l’étude menée par IFAW, il est aujourd’hui crucial de renforcer le cadre réglementaire actuel afin d’éviter qu’Internet ne continue d’être une plaque tournante du commerce illicite de spécimens sauvages menacés ou protégés. C’est pourquoi, elle souhaite savoir quelles actions entend entreprendre le Gouvernement afin de lutter contre la cybercriminalité des espèces menacées, à la fois sur le territoire français et européen.