Rentrée 2018 : de nombreuses réformes déployées pour une école plus juste et plus efficace

Rentrée 2018 : de nombreuses réformes déployées pour une école plus juste et plus efficace

 

Plus de douze millions d’élèves ont repris, en début de semaine, le chemin de l’école. Cette rentrée des classes est marquée par de nombreuses nouveautés, mises en place par notre Gouvernement cette année. Dédoublement des classes de CP et de CE1, rythmes scolaires, réforme du lycée, interdiction des téléphones portables… les transformations pour améliorer le système scolaire ne manquent pas.

C’est pourquoi, afin de guider au mieux les élèves et leurs parents face à ces changements, vous trouverez ci-dessous un inventaire rapide des nouveautés de la rentrée 2018.

Ma volonté est que la rentrée se déroule le mieux possible pour l’ensemble des citoyens de la septième circonscription du Var. Aussi, pour toute question sur l’une ou l’autre des réformes, n’hésitez pas à prendre contact directement avec mon cabinet, qui se tient à votre disposition du lundi au vendredi de 9h à 17h.

 

Dédoublement des classes de CP et de CE1

A la rentrée 2017, 2 500 classes de cours préparatoire (CP) dans les écoles des quartiers très défavorisés (dits REP +) avaient été dédoublées afin d’obtenir un effectif maximum de 12 élèves par classe. Cette mesure est appelée à s’étendre peu à peu aux classes de CE1 des REP +. Elle sera également mise en place progressivement pour les classes de CP et de CE1 des quartiers défavorisés REP, notamment grâce aux enseignants du dispositif « Plus de maîtres que de classes ».

Pour rappel, le dispositif « Plus de maîtres que de classes » vise à rendre l’école plus juste et plus efficace, en donnant la possibilité d’affecter, sur la base d’un projet pédagogique, un enseignant supplémentaire dans une école ou dans un groupe scolaire, et ainsi de mettre en œuvre de nouvelles modalités d’organisation pédagogique pour aider les élèves les plus en difficulté à progresser.

L’approfondissement de la mesure de dédoublement est accompagné cette année d’une prime de 1 000 euros net versée aux personnels fonctionnaires titulaires exerçant en REP +.

 

Pédagogie et ajustement des programmes

Dans une lettre datant du 26 avril 2018, adressée à l’ensemble du corps enseignant, M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, présente ses recommandations pour renforcer la maîtrise de la langue française et améliorer l’enseignement des mathématiques.

Il y est notamment conseillé :

  • la méthode syllabique pour l’apprentissage de la lecture, ainsi qu’une dictée quotidienne
  • 15 minutes de calcul mental par jour
  • 15 minutes d’exercices d’écriture par jour
  • l’étude de 5 à 10 livres par an
  • le retour des leçons de grammaire dans toutes les classes.

Par ailleurs, l’heure hebdomadaire d’activités pédagogiques complémentaires (APC), instituée en 2013, sera désormais spécifiquement consacrée aux activités de lecture et de compréhension.

Le ministre demande également aux enseignants d’encourager leurs élèves qui en ont besoin, à participer aux stages de réussite instaurés pendant les vacances scolaires. Au collège, les élèves de 6ème, fragiles en lecture et en compréhension de l’écrit, suivront deux heures d’accompagnement personnalisé (AP) entièrement consacrées à la fluidité de lecture.

D’autre part, de nouvelles évaluations sont mises en place dès cette rentrée : elles auront lieu en début et milieu de CP ainsi qu’en CE1.

Enfin, dans cette même lettre, le ministre de l’Education nationale rappelle qu’il a demandé au Conseil supérieur des programmes (CSP) de « proposer les ajustements nécessaires au regard de l’objectif de maîtrise des savoirs fondamentaux par tous les élèves ». Les « projets d’ajustement et de clarification » ont été présentés par le CSP devant le Conseil supérieur de l’éducation le 12 juillet 2018. Ils concernent le français, les mathématiques, les sciences et l’enseignement moral et civique. Il y est notamment recommandé d’insister sur l’écriture dans l’acquisition de la lecture et d’aborder dès la classe de CP l’addition, la soustraction, la multiplication et la division, pour que les élèves soient capables de comprendre le sens de ces quatre opérations à leur entrée en CE1.

 

Premières mises en œuvre de la réforme du lycée

La réforme du baccalauréat s’appliquera pour les épreuves de 2021, lorsque les élèves qui entrent en seconde en septembre 2018 passeront l’examen.

En revanche, dès septembre 2018, les premières évolutions pour une meilleure maîtrise de la langue et l’aide à l’orientation sont mises en application. Les élèves qui entrent en seconde expérimenteront donc pour la première fois :

  • Un test de positionnement : avant le mois d’octobre, chaque élève passera un test de positionnement en maîtrise de la langue française et en mathématiques. Les résultats seront anonymes et personnels, afin d’identifier les acquis et les besoins de chaque élève.
  • Un accompagnement personnalisé : les lycéens bénéficieront d’un accompagnement adapté à leurs besoins, notamment pour consolider leur maîtrise de l’expression écrite et orale ainsi que pour choisir leur orientation.
  • 54 heures (à titre indicatif) seront consacrées à l’orientation afin d’aider les lycéens à choisir la voie générale ou l’enseignement technologique ainsi que leurs spécialités. Le choix d’orientation entre la voie générale et la voie technologique se fera en fin de seconde.

La refonte du lycée qui accompagne la réforme du baccalauréat ne sera entièrement effective qu’à la rentrée 2019 (enseignements de tronc commun, nouveaux enseignements obligatoires en seconde tels que les sciences numériques, la technologie, etc.).

 

Rythmes scolaires dans l’enseignement du premier degré

Depuis la rentrée 2017, un décret autorise des dérogations à l’organisation de la semaine scolaire qui avait été mise en place en 2013 dans les écoles maternelles et élémentaires publiques.

Les communes peuvent désormais choisir de revenir à une semaine de quatre jours en respectant la durée d’enseignement hebdomadaire de 24 heures et sans que la journée scolaire n’excède six heures d’enseignement.

A la rentrée 2018, la quasi-totalité des communes est revenue à la semaine de quatre jours.

Afin d’aider les municipalités à accueillir les enfants le mercredi, le Ministère de l’éducation nationale a présenté le « plan mercredi ».

Depuis la rentrée, les collectivités territoriales et les services de l’État proposent désormais, en partenariat avec le secteur social et associatif, des activités avec une ambition éducative, destinées aux enfants de la maternelle au CM2, pour « le développement d’accueils de loisirs de qualité ».

La charte du « plan mercredi » définit les obligations de chaque structure accueillante, autour de quatre axes :

  • Veiller à la complémentarité éducative des temps périscolaires du mercredi avec les temps familiaux et scolaires ;
  • Assurer l’inclusion et l’accessibilité de tous les enfants souhaitant participer à l’accueil de loisirs, en particulier des enfants en situation de handicap ;
  • Inscrire les activités périscolaires sur le territoire et en relation avec ses acteurs ;
  • Proposer des activités riches et variées en y associant des sorties éducatives et en visant une réalisation finale (œuvre, spectacle, exposition, tournoi, etc.).

 

Interdiction du téléphone portable

A la suite de la loi du 3 août 2018 relative à l’encadrement de l’utilisation du téléphone portable dans les établissements scolaires, il est désormais interdit aux élèves d’utiliser leur téléphone mobile ou tout autre équipement connecté (tablettes, montres, etc.) dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges pendant les activités liées à l’enseignement. Les lycées ont aussi la faculté de prévoir dans leur règlement intérieur l’interdiction du téléphone portable.

Les élèves présentant un handicap ou un trouble de santé invalidant sont cependant autorisés à utiliser des équipements connectés, si leur état de santé le nécessite.

Au sein des maternelles, des écoles primaires et des collèges, l’utilisation pédagogique du téléphone portable doit être autorisée par le règlement intérieur. Cette loi marque ainsi la primauté du règlement intérieur pour la permission ou l’interdiction de l’usage du téléphone portable à des fins pédagogiques alors que ces usages étaient jusque-là interdits.

Autre changement : la loi ouvre la possibilité de confisquer un téléphone (la confiscation n’était auparavant autorisée que si le téléphone portable présentait un danger).

Pour plus d’informations relatives aux enjeux de la rentrée 2018, n’hésitez pas à consulter ci-dessous les articles de presse parus le 3 septembre dernier sur ce sujet.